Article des Nouvelles-calédoniennes du 7 décembre 2009.Le 34e congrès ordinaire du Palika, organisé à la tribu de Gondé à Houaïlou les 5 et 6 décembre 2009, a pointé des « dissonances » et différences de position entre des partis de la coalition indépendantiste. Des points à clarifier au prochain rendez-vous du Front.

FLNKS
Grand rendez-vous attendu, le congrès du FLNKS, programmé les 11 et 12 décembre prochain, sera un moment de mise au point, selon le Palika qui entend « clarifier avec les partis frères » le fonctionnement du Front, le rôle du porte-parole… Car des propos entendus sont-ils « la traduction de la stratégie adoptée par le FLNKS en congrès », s’interroge Paul Néaoutyine « ou le résultat d’un point de vue de certaines composantes exprimé à travers le bureau politique, sans que l’on en ait discuté ensemble ? » Clair et net, le FLNKS « n’est pas un parti qui impose ses positions aux membres ! », mais un front où doit régner la notion de consensus. Dans le chapitre, un autre point demandant un éclaircissement est avancé, selon le Palika : l’utilisation du drapeau et de l’appellation FLNKS « sur le terrain et au niveau des institutions » depuis les élections provinciales de mai. Des explications s’imposent visiblement – et le mot s’adresse, sans la nommer, à l’Union calédonienne -, car « des dissonances » sont apparues. Bref, une recherche de cohérence est voulue.

Transferts de compétences
Le Palika, positionné en faveur des transferts, demande à ses élus de s’attacher tout de même « à vérifier que la formulation des lois du pays proposées en novembre respecte bien les observations du Conseil d’Etat ». Par ailleurs, Paul Néaoutyine l’a assuré, le mouvement participera bien à la réunion du Comité des signataires prévue en janvier ou février prochain. Mais aussi tout le FLNKS ? A la dernière édition, « le président de l’Union calédonienne ne s’y était pas rendu en formulant des critiques vis-à-vis de cette instance », rappelle le porte-parole du Parti de libération kanak. Or « le Comité des signataires fait partie du dispositif de l’accord de Nouméa ». Et le FLNKS est chargé « normalement » de ses suivi et mise en œuvre. A cette rencontre programmée dans les tout prochains mois, conventions mais aussi sujets de transferts de compétences du 2e groupe décidés en 2012 devront figurer dans les discussions, d’après le bureau du Palika.

Drapeau
Nulle surprise, pour Paul Néaoutyine observant le chantier des signes identitaires, le drapeau pourra porter les couleurs de Kanaky. Voilà une proposition. Le choix devra être réalisé avant les Jeux du Pacifique de 2011 organisés en Nouvelle-Calédonie. « S’il n’y a pas de consensus avant (l’événement), le Palika demande que l’on monte les deux drapeaux (kanak, et français tricolore) ». Le président de la province Nord, favorable à la tenue de ces Jeux, pose d’ailleurs une question formulée de vive voix au congrès du FLNKS : « Nous sommes au Fer de lance (le Groupe mélanésien), qui avait prévu de venir au sommet France-Océanie (le troisième tenu le 31 juillet à Nouméa). Cela n’a pas empêché certains de chez nous d’appeler au boycott » ; l’appel à cette non-participation avait été lancé par l’UC. En gros, y’aura-t-il alors une position commune pour 2011 au sein de la coalition indépendantiste ?

Îles
L’élection provinciale dans les Loyauté le 6 décembre se prépare. Une invitation a été lancée par les dirigeants du Palika : que tous les militants îliens du mouvement se retrouvent sur une même liste. Ce cas de figure n’était pas en place lors du scrutin de mai dernier, où des sympathisants avaient préféré prendre le chemin électoral de l’Union calédonienne. Le mois prochain, « le Palika sera présent dans la compétition aux Îles ». Les discussions se poursuivaient hier soir sur le choix du leader : Danielle Guanéré ou Charles Washetine ?